Apple s’expose à des poursuites judiciaires pour avoir refusé de réparer des iPhones victimes de l’erreur 53

Vous vous souvenez de la redoutable “erreur 53” ? Apple s’est excusé pour ce bogue au début de l’année 2016, lorsqu’il s’est avéré que ses smartphones iPhone 6 et 6 Plus étaient bloqués si l’utilisateur faisait réparer le bouton d’accueil ailleurs qu’à Apple.

Aujourd’hui, le principal organisme de surveillance des consommateurs australien s’en prend à l’entreprise pour avoir prétendument refusé de réparer des appareils défectueux s’ils avaient été réparés par un tiers non autorisé – même si la réparation portait sur un élément sans rapport avec le bogue, comme un écran fissuré.

Jeudi, la Commission australienne de la concurrence et de la consommation (ACCC) a annoncé qu’elle entamait une procédure devant la Cour fédérale contre Apple pour “déclarations fausses, trompeuses ou mensongères sur les droits des consommateurs”.

Pour résumer, l’erreur 53 s’est produite lorsqu’un utilisateur a essayé de mettre à jour son produit avec la dernière version d’iOS. À ce moment-là, le logiciel a automatiquement vérifié le capteur Touch ID, et s’il s’avérait qu’il ne correspondait pas au reste du matériel – probablement parce qu’un tiers l’avait réparé ou remplacé – le téléphone risquait de ne plus fonctionner du tout.

“Les entreprises doivent également se rappeler que les droits des consommateurs s’étendent à tout logiciel ou mise à jour de logiciel chargé sur ces biens”.

Apple a déclaré à Mashable en février 2016 que l’erreur 53 était le résultat d’un test de sécurité raté, destiné à vérifier si le Touch ID fonctionnait correctement avant que l’appareil ne quitte l’usine. Il a publié une mise à jour logicielle pour corriger le problème.

“Nous nous excusons pour tout inconvénient, ceci a été conçu pour être un test en usine et n’était pas destiné à affecter les clients”, avait-il déclaré à l’époque. “Les clients qui ont payé pour un remplacement hors garantie de leur appareil en raison de ce problème doivent contacter AppleCare pour obtenir un remboursement”.

Selon l’ACCC, le fait de faire réparer votre iPhone ailleurs qu’à Apple n’éteint pas automatiquement votre droit à ce qu’Apple répare votre smartphone après qu’il ait été bloqué par une erreur logicielle de la société.

“Les droits de garantie des consommateurs en vertu de la loi australienne sur la consommation existent indépendamment de toute garantie du fabricant et ne s’éteignent pas simplement parce qu’un consommateur fait réparer ses biens par un tiers”, a déclaré le président de l’ACCC, Rod Sims, dans une déclaration.

“Comme les biens de consommation deviennent de plus en plus complexes, les entreprises doivent également se rappeler que les droits des consommateurs s’étendent à tout logiciel ou mise à jour de logiciel chargé sur ces biens”.

Dimi Ioannou, directeur du cabinet d’avocats australien Maurice Blackburn, a déclaré que lorsqu’un consommateur achète un produit, il est en droit de s’attendre à ce qu’il fonctionne et n’a pas besoin d’être réparé ou remplacé.

Selon la loi australienne sur la consommation, les clients ont le droit de demander au détaillant de réparer gratuitement le défaut, a-t-elle expliqué. Ces garanties pour les consommateurs existent indépendamment du fait que le consommateur ait fait réparer un produit par un tiers.

“Ils ne devraient pas être pénalisés pour avoir cherché le meilleur prix de réparation”, a-t-elle déclaré. “Les produits à base de pommes ne sont pas bon marché”.

En outre, selon Mme Ioannou, les fabricants ne peuvent pas imposer un monopole sur les réparations des produits. 

Mots-clés:
, ,

Mettez votre commentaire